Accueil > Le projet > TrapWire : un réseau d’espionnage dans les mains d’une entité privée

TrapWire : un réseau d’espionnage dans les mains d’une entité privée

Voir en ligne : http://www.numerama.com/magazine/23...

Depuis l’hiver dernier, Wikileaks révèle des mails d’une agence de renseignement privée d’origine américaine, Stratfor. Les derniers publiés durant ce mois d’août dévoilent l’ampleur d’un vaste réseau de surveillance, Trapwire, géré par une entreprise, Cubic.

Wikileaks assure que les attaques DDOS qui le rendent indisponible depuis 10 jours sont liés à ses révélations sur l’ampleur de TrapWire, un programme qui centralise et croise les systèmes de surveillance de nombreux clients publics et privés aux USA et en Grande-Bretagne.

Depuis 10 jours, Wikileaks subit une attaque DDOS sans précédent contre ses serveurs, tellement surchargés de connexions qu’ils n’arrivent plus à rester en ligne pour répondre aux demandes légitimes de lecture de ses pages. Jamais le site n’avait connu une offensive d’une telle violence. Or pour Wikileaks, il faut faire un lien direct entre ces attaques et la divulgation de nouveaux e-mails issus de la fuite de Stratfor.

Ces e-mails montrent en effet l’existence d’un réseau de surveillance d’ampleur mis en place aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, sous le contrôle d’une société privée baptisée TrapWire, fondée en 2007 (elle s’appelait alors Abraxas Applications, avant de changer de nom suite à la vente de la maison-mère Abraxas Corporation).

TrapWire est dirigé par d’anciens haut fonctionnaires de la CIA, trois de ses quatre directeurs étant issus de l’agence américaine, en plus du fondateur de la société. Les fuites de Wikileaks n’ont pas révélé l’existence de TrapWire, qui était déjà connue, mais plutôt l’ampleur du programme qu’il gère pour assurer la sécurité de ses clients, aussi bien publics que privés.

La firme vend un logiciel qui collecte des informations de surveillance, y compris à partir d’un réseau de caméras (500 seraient installées dans le seul métro new-yorkais), et partage les alertes avec les départements de police, le ministère de l’intérieur, le FBI et même parfois des société privées. TrapWire compte de nombreux clients dans les transports publics, l’armée, la police (Washington, Las Vegas, New York, Los Angeles...), les casinos, et aurait même des clients en Grande-Bretagne (la Bourse de Londres, le 10 Downing Street où réside le premier ministre, Scotland Yard).... Par ailleurs, des e-mails montrent que des sociétés comme Google ou Salesforce auraient été démarchées, sans que l’on sache si elles ont répondu favorablement.

La suite à lire sur Numérama.

Sur ce sujet compliqué et encore relativement obscur, on pourra lire la traduction de la présentation officielle de Trapwire et quelques autres infos sur Link-zilla.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document