Accueil > Le projet > La police de New York et Microsoft s’allient pour l’élaboration d’un (...)

La police de New York et Microsoft s’allient pour l’élaboration d’un gigantesque système de surveillance

Voir en ligne : New York et Microsoft alliés pour « empêcher les crimes »

Le NYPD et Microsoft ont présenté le 8 août un nouveau système de "prévention du crime" et du "terrorisme", qui comprend entre autres l’installation de 3000 caméras de surveillance supplémentaires — et pourrait rapporter de l’argent à New York pour de nouveaux projets du même acabit. Un nouveau dispositif orwellien, épinglé par plusieurs associations de défense de la vie privée qui y voient une version américaine d’INDECT.

Microsoft et la police de New York (NYPD), ensemble contre le crime et le terrorisme. Le « Domain Awareness System » (DAS), lancé mercredi et développé conjointement, « devrait permettre aux policiers d’accéder plus vite à une information pertinente », explique Michael Bloomberg, maire de New York. Objectif de cet investissement de 40 millions de dollars : « empêcher les crimes de se produire ».
 
Le DAS, présenté avant tout comme un outil de contre-terrorisme, « agrège et analyse les données de sécurité publique en temps réel ». Il exploite les caméras de surveillance de la ville et les appels au 911 (le numéro d’urgence américain). Il utilise une centaine de lecteurs de plaques d’immatriculation et s’appuie sur 600 « détecteurs de radiations » radioactives. Des cartographies criminelles sont aussi analysées, afin de révéler le « mode opératoire » d’un suspect.
 
Grâce à ce système, les enquêteurs ont un accès instantané aux images des caméras de surveillance et peuvent quadriller une zone après avoir reçu un appel passé au 911. Ils peuvent observer en direct les images d’un suspect dans la rue, accéder à son casier judiciaire et à un historique des infractions commises dans le secteur. En outre, les enquêteurs peuvent retracer les trajets du véhicule du suspect durant les mois précédents.
 
Menaces pour la vie privée
 
Ce système de surveillance n’est pas sans poser de questions sur le respect de la vie privée. « Le DAS sera utilisé pour une application légitime de la loi ou des raisons de sécurité publique », affirme le NYPD. D’après la police de New York, aucune technologie de reconnaissance faciale n’est utilisée. Le NYPD affirme avoir institué des « lignes directrices » sur la protection de la vie privée, qui empêcheraient les policiers d’exploiter autre chose que des images prises dans des lieux publics. Selon ces « lignes directrices », la surveillance des rues se fera 24 heures sur 24, les vidéos seront conservées 30 jours, et les plaques d’immatriculation enregistrées pendant cinq ans.

Lire la suite sur Le Figaro.fr

Liens complémentaires :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document